AKIRA KUGIMACHI

Hiroshi SENJU

<back

"Hommage à Akira Kugimachi"

Parmi les jeunes peintres, Akira Kugimachi est celui que j’apprécie le plus. J’éprouve aussi un profond respect envers cet artiste qui fut mon assistant lors de mon séjour au Japon. Faisant toujours preuve de perspicacité et d’intelligence, Kugimachi, alors étudiant en maîtrise d’histoire de l’art à l’Ecole des Beaux-Arts Tama, n’a jamais eu la moindre peine à répondre à mes demandes, même les plus exigeantes.

Ayant fini sa maîtrise, cet artiste s’est installé en France où il demeure toujours. Durant ses années de recherches, petit à petit, son style s’est affirmé pour aboutir aujourd’hui à la proposition d’un univers qui lui est propre.

Il nous invite dans un monde d’infinies transparences et de limpidité. Personne n’y figure. L’émotion émanant de ses toiles ne provoque pas pour autant le sentiment de solitude, mais plutôt comme le pressentiment d’un commencement.

Dans ce désert calme et frais, quelque chose semble être prêt à survenir. Kugimachi réussit merveilleusement ici à nous le faire sentir, et ce grâce à la fois à un concept bien établi et à l’excellente technique descriptive qui le justifie.

Force est de constater que le signe exploré de l’ « arrivée » exprime un tout nouvel esprit du temps, tendant vers un futur reposant néanmoins sur le modernisme du XXe siècle. Ainsi imaginons-nous que la présence encore invisible ne vient pas du côté civilisé mais finalement comme d’au-delà de l’existence éternelle – comme la mer ou l’eau – en franchissant le temps sans toutefois dénier la civilisation. Qu’arrive-t-il ? D’où cela vient-il ? Pour reprendre le terme de cosmologie employé par Stephen Hawking, ne s’agit-il pas d’une sorte d’ « Espace éternel » que nous apercevrions à peine ?

À travers l’attitude de l’artiste qui, pour ainsi dire, fixe le regard sur le « grand horizon », du côté de la civilisation, j’observe les réelles sensations artistiques qu’éprouve une intelligence vivant de plein pied au XXIe siècle.

Son univers esthétique ne nous laisse nullement sentir de caractère religieux. Mais cela ne vient ni d'une négation de la conception platonicienne du monde ni du nihilisme. Ce que l'artiste met en question n'est autre que l'art lui-même, existant au-delà de la religion ou du principe.

Les peintures de Kugimachi nous promettent l’avenir de l’art.

 

Hiroshi SENJU